Cambrai. Une manifestation contre l’exploitation des animaux, dimanche, devant le cirque Pinder.

Cambrai. Une manifestation contre l’exploitation des animaux, dimanche, devant le cirque Pinder

 

Du rire, des frissons mais aussi de la protestation, dimanche, sur l’esplanade du Palais des Grottes. Le cirque Pinder a planté son chapiteau pour deux représentations à 17h et 20h, les animaux attendent sagement leur numéro dans la ménagerie. Mais il y en a que tout cela n’amuse pas du tout et ils le feront savoir bruyamment.

Dimanche donc, une manifestation contre la captivité des animaux va avoir lieu devant le cirque Pinder. C’est l’association de protection animale “Cause Animale Nord“ qui l’organise de 15h30 à 18h. Elle compte dénoncer l’exploitation des animaux.

 

L’association de protection animale dénonce l’exploitation, la maltraitance et l’esclavagisme des animaux de cirque.  » Nous souhaitons que les cirques avec animaux soient interdits à Cambrai et sur le territoire français comme dans plusieurs pays dans le monde ou en Europe « , plaident les organisateurs.

 

Une quarantaine de manifestants sont attendus (certains venant de Belgique) pour faire entendre la voix des animaux captifs. (slogans, banderoles, affiches, sifflets et mégaphone)

 

Pourquoi le cirque Pinder? Parce qu’il  » repose, en partie, sur des numéros des animaux captifs et dressés : éléphants, tigres, lions, chevaux, otaries…, répondent les organisateurs. Ces animaux, pour certains sauvages et capturés dans leur milieu naturel, sont détenus la majeure partie du temps dans des cages exigües, des enclos aux dimensions réduites, ou sont en permanence attachés. Comme Sabah, 43 ans, et Dehli, 45 ans (ndlr : les deux mascottes du cirque Pinder), ces éléphantes d’Asie ont été volé au milieu naturel.  »

 

L’association dénonce aussi l’impossibilité pour les animaux de fuir ou de former un groupe social,  » constituant une sérieuse atteinte à l’intégrité physique et psychique des animaux captifs.  » Elle déplore l’ennui, la frustration, les privations, le dressage…

 

 » Dimanche, les protecteurs des animaux ne capituleront pas « , affirme l’association,  » nous sommes pour l’abolition totale et absolue de toutes les formes de souffrances et d’exploitation des animaux. «