Mettre la question du foie gras sur la table.

Mettre la question du foie gras sur la table.

Des militants de la cause animale étaient réunis place du Vieux- Marché-aux-chevaux, hier, pour réclamer l’interdiction
de la fabrication et de la consommation de foie gras.

À l’occasion de la Journée internationale pour le droit des animaux, qui se tiendra demain, deux associations françaises demandent « l’abolition totale et absolue » du foie gras en France. Un combat qui semble perdu d’avance dans un pays producteur et grand consommateur. En témoigne, la faible affluence devant le stand tenu par Cause Animal Nord et L214.
Les militants ne sont pas toujours bien reçus : « Les gens ne comprennent pas toujours, ils aiment le foie gras et veulent en déguster à Noël. Parfois les réactions sont violentes », explique Anthony Blanchard, porte-parole de Cause animal Nord. Reste qu’à l’instar de la tauromachie, cette tradition française ne fait plus l’unanimité. « La directive européenne du 20 juillet 1998 le rend illégal. Elle stipule qu’aucun animal ne peut être alimenté s’il y a des souffrances », explique le jeune homme. À l’approche des fêtes, il propose une alternative : le faux gras, de forme identique mais composé d’une purée de légumes relevée au Champagne;

 

AURÉLIEN DELFOSSE